Assilassimé reçoit le prix Finansol de l’Entrepreneuriat dans les Pays en Développement

Lundi 3 novembre, au cours de la cérémonie de remise des Grands Prix de la Finance Solidaire, organisée par Finansol et Le Monde, les applaudissements ont retenti à l’annonce du nom de l’association togolaise, créée en 2011 par Entrepreneurs du Monde.

Organisés pour la cinquième année consécutive, les prix de la finance solidaire récompensent des entreprises ou des associations qui ont pu, grâce à la finance solidaire, développer des projets à forte plus-value sociale ou environnementale. Parmi cinq lauréats à ces prix pour l’édition 2014, Assilassimé s’est vue décerner le prix « Entrepreneuriat dans les Pays en Développement ».

C’est une récompense encourageante pour toute l’équipe de l’association togolaise, qui a pour mission de permettre à des personnes très vulnérables d’améliorer leurs conditions de vie en augmentant leurs revenus et en gérant mieux leur quotidien.

Une approche très sociale de la microfinance

Dans le paysage de la microfinance togolais, Assilassimé se démarque en effet des institutions classiques en s’adressant à un public exclu du système financier : les femmes et les personnes vivant avec un handicap ou avec le VIH. Pour toucher ces personnes, les équipes ont tissé un réseau de proximité avec des associations locales de prise en charge médicale ou sociale, des associations de veuves, de filles-mères, de travailleuses du sexe, etc.

De fait, au-delà du microcrédit, le principal service que leur apporte Assilassimé est de les former sur plusieurs problématiques concrètes de leur vie de tous les jours : comment gérer son petit commerce, différencier le budget familial du budget de l’activité, épargner, rembourser son crédit, fidéliser sa clientèle, prévenir des maladies comme le paludisme ou le SIDA, détecter le cancer du sein, défendre les droits des femmes et de l’enfant, etc.

Selon le modèle développé par Entrepreneurs du Monde, les microcrédits sont octroyés de manière individuelle et adaptée au besoin de chaque emprunteur, sans demande de garantie, au sein de groupes de 15 à 30 personnes issues d’un même quartier.

Deux fois par mois, les membres de ces groupes se réunissent avec leur référent Assilassimé, à proximité de leur domicile. Les formations sont dispensées au cours de ces réunions régulières, qui favorisent également l’échange, la solidarité et le partage d’expérience.

Un impact concret sur les conditions de vie des familles

Dans cette dynamique Assilassimé permet aux bénéficiaires d’augmenter leurs revenus, par le développement de leur activité, d’améliorer leurs conditions de vie, et de se trouver valorisés socialement.

3 222 personnes ont ainsi été soutenues en 2013 ; elles seront 8 000 en 2014. Et l’objectif à cinq ans est d’atteindre 20 000 familles !

Partager