Journée internationale des droits des femmes : la parole est à elles !

Journée internationale des droits des femmes : la parole est à elles !

2 mars 2018

Jeudi 8 mars, c’est la Journée internationale des droits des femmes officialisée par l’Organisation des Nations Unies en 1977.

85% de nos bénéficiaires sont des femmes : depuis 20 ans, avec Entrepreneurs du Monde, des milliers de femmes unissent leurs forces dans une même aventure, pour faire valoir le droit à entreprendre et à accéder à l’énergie : micro-entrepreneurs, membres de l’équipe, donatrices, marraines…

Nous sommes fiers d’être à leurs côtés depuis 20 ans ! La parole est à elles !

 

Thi Thien, éleveuse et productrice de légumes et tofu au Vietnam

Ca Thi Thien est l'une des 31 micro-entrepreneurs primés à Hanoï lors des derniers Citi Micro-entrepreneurship Awards ! Elle a été applaudie par 150 personnes, dont les organisateurs admiratifs : la Banque d’État, la Citi Foundation, la Citibank Vietnam, le Groupe de travail sur la microfinance au Vietnam, la Société financière internationale et l’Association vietnamienne des PME.

« Je mène trois activités aujourd’hui et j’ai plein de projets mais je suis partie de loin : j’ai grandi dans une famille unie mais nous mourrions de faim et je me suis jurée de sortir de cette atroce pauvreté. Les enseignements que je peux partager : croire en son intuition, diversifier son business pour répartir les risques, se former constamment et engagement et détermination !

Aujourd’hui, en travaillant dur, nous dégageons un revenu sûr et équilibré. Nous embauchons 4 à 6 personnes en pleine saison et c’est bon pour la communauté. Aujourd'hui j'ai plein de projets ! ».

Audrey Dana, actrice, réalisatrice et marraine d'Entrepreneurs du Monde

Créer sa propre entreprise, c’est acquérir une certaine forme de liberté, une certaine forme d’autonomie, c’est être à l’initiative, être la graine... et je pense que justement planter des graines, dans le sens premier du terme ou plus métaphorique, est essentiel à l’évolution de notre monde. Alors chapeau Mesdames !

Chapeau aussi aux femmes et aux hommes d’Entrepreneurs du Monde qui vous appuient depuis 20 ans. Je crois très fort à la philosophie du colibri : chacun peut faire sa part et c’est ce que font les équipiers d’Entrepreneurs du Monde ! Ils maximisent les potentiels de toutes ces femmes. Ils leur donnent les moyens de grandir et d’en faire grandir d’autres à leur tour : leurs enfants, leur communauté, et ceux qu’ils embauchent...

C’est plus qu’honorable, c’est essentiel !

Daw Ei Ei Mon, couturière au Myanmar (Birmanie)

Je suis en train de réaliser mon rêve : j’ai une meilleure machine à coudre et ma propre surjetteuse. Mes clients viennent de loin et je ne suis plus obligée d’accepter des prix dérisoires. Je vais embaucher cette année !

Illiassou, cultivatrice au Sénégal

Avec mon premier microcrédit, j’ai acheté des semences et de l’engrais pour mettre en valeur ma parcelle. Depuis, j’apprends à la faire fructifier et à bien gérer mon budget. Ce premier exploit m’a permis d’être respectée aussi bien par mes voisins que par les membres de ma famille.

Daw San San Ye, épicière au Myanmar (Birmanie)

Notre famille est sortie de la misère et maintenant, je regarde les gens sans baisser les yeux. Je suis devenue une femme qui réussit en affaires !

Elodie, Responsable du programme MIVO au Togo

Mes coéquipiers et moi sommes très fiers d’aider les femmes à s’équiper de réchauds et de lampes modernes, économiques. Nous avons vraiment le projet à cœur. Ce n’est pas seulement un travail pour nous. Nous sommes totalement impliqués.

Rosita, revendeuse de réchauds et lampes en Haïti

Voilà ce que je dis à mes clientes : vous achetez au moins 365 bougies par an. Alors, calculez le montant total et comparez-le avec le prix de ma lampe ! Je leur explique aussi comment mon quotidien a changé avec mon nouveau réchaud : il cuit la nourriture plus vite, dégage très peu de fumées et perd bien moins de chaleur que mon ancien réchaud. Les gens comprennent vite et ils achètent ! J’avais tout perdu dans le séisme mais aujourd’hui, ça y est : je gagne ma vie de nouveau, en vendant des produits qui rendent service !

Claire, Responsable du programme YIKRI, au Burkina Faso

J’ai toujours travaillé dans des organisations de soutien aux femmes qui démarraient une activité pour pouvoir nourrir, habiller, scolariser leurs enfants et pour avoir du poids dans le couple. Depuis que je travaille avec Entrepreneurs du Monde, je fais cet appui avec sa méthodologie, très sociale et ça change tout ! Jamais je ne pourrais travailler dans une Institution de microfinance plus classique, désormais !

Mamounata, tisserande au Burkina Faso

Je ne suis pas allée à l’école et j’ai été mariée à 16 ans. Mais je n’ai jamais baissé les bras et aujourd’hui mes 5 enfants réussissent à l’école ! Mon groupe de tisserandes s’appelle « Zems Taaba », ce qui signifie « s’entendre ». Nous avons choisi ce nom parce que nous pensons que pour être solidaires, nous devrons nous entendre, nous comprendre, nous accepter et nous entraider. Si tout cela est respecté, le groupe aura longue vie.

Hélène, Responsable des développements en Haïti

On est au quotidien avec ces populations vulnérables. Bien-sûr, on rencontre régulièrement des difficultés, mais on arrive à les surmonter, à développer nos activités et à construire ensemble l’autonomisation des bénéficiaires et de nos 3 programmes. Je vois le chemin parcouru et j’en suis fière !

Solène, Responsable du programme ATECo aux Philippines

Je me sens moi-même entrepreneur. Je travaille avec beaucoup d’autonomie pour développer le projet, tout en ayant une prise de risque limitée parce que j’ai le support technique et financier de l’équipe d’Entrepreneurs du Monde. Je suis heureuse dans ma mission et très fière de l’impact de notre travail que je vois tous les jours dans le bidonville !

 

Merci à elles pour cette formidable aventure humaine !

 

SOUTENEZ-LES !
Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.