AFD : Philippines – Les bidonvilles de Manille sortent de l’ombre

AFD : Philippines – Les bidonvilles de Manille sortent de l’ombre

L’Agence Française de Développement s’est rendue aux Philippines en novembre 2018 et a publié un article sur ATECo, programme d’accès à l’énergie d’Entrepreneurs du Monde aux Philippines.

Source : AFD
Photographies : ©Ezra Acayan/AFD 

 

« À Manille, capitale des Philippines, environ 40 % des habitants vivent dans des bidonvilles. Bien souvent, les familles de ces quartiers déshérités ne sont pas reliées au réseau électrique. L’ONG Entrepreneurs du Monde propose une solution innovante de kits solaires qui permettent un accès sûr, durable et abordable à l’électricité. Tout en développant le lien social entre usagers.

Baseco est l’un des quartiers les plus pauvres de Manille. Pour y accéder, il faut emprunter la seule route qui mène au bidonville, situé sur une presqu’île de la capitale des Philippines. Au fil des ruelles boueuses qui se succèdent, l’endroit dévoile toute sa misère : les chemins sont jonchés de déchets dans lesquels jouent les enfants. Les chiens galeux errent devant les habitations de fortune faites de taule et de bois.

Dans les airs, des dizaines de fils électriques s’entremêlent. Pourtant, officiellement, le bidonville n’est pas relié au réseau électrique de la ville. Les lignes sont déviées et l’électricité revendue illégalement à un prix très élevé. Mais pour les familles de ce quartier abandonné à son sort, c’était jusqu’à présent le seul moyen de s’éclairer.

Face à ce constat, l’ONG Entrepreneurs du Monde a décidé d’agir avec le programme ATE Co. Après plusieurs mois de tests sur différentes solutions d’électrification, il a été décidé d’opter pour un kit solaire équipé du système Pay-as-you-go : les familles bénéficiaires paient 20 pesos par jour (34 centimes d’euro) pour une capacité électrique leur permettant d’allumer trois ampoules et recharger un téléphone portable. C’est en moyenne deux fois moins cher que l’électricité illégale ou que les bougies. Au bout de quatorze mois, les usagers deviennent propriétaire de leur kit et peuvent faire des économies considérables sur leurs dépenses quotidiennes. Une révolution dans la vie des quelque 400 familles qui bénéficient de ce système dans plusieurs bidonvilles de Manille.

Nolibeth et les communautés impliquées

Nolibeth a commencé à utiliser le kit solaire il y a environ un an. Il y a six mois, ATE Co lui a proposé de l’embaucher, en plus de son travail actuel de vendeuse ambulante de produits laitiers, pour collecter les paiements et faire de la prospection. Le succès a été immédiat : « C’est grâce à elle que nous trouvons tous nos nouveaux clients, s’enthousiasme Jun. Elle en a ramené 91 nouveaux en six mois, c’est beaucoup plus que ce que nous faisions avant. »

Sa technique est simple : « Tous les soirs, quand il fait nuit, je vais vendre des yaourts dans les rues du quartier. Je prends avec moi l’un des kits portatifs, détaille-t-elle, et les gens peuvent voir que les lampes sont vraiment efficaces. »

Grâce à cette source de revenu complémentaire, cette habitante des bidonvilles voit ses perspectives d’avenir s’élargir : « Je souhaite ouvrir une boutique d’alimentation générale et grâce aux économies réalisées lorsque que je serai propriétaire du kit, je pourrai investir pour l’éducation de mes filles ».

Maria Luisa, la fierté de devenir propriétaire

Maria Luisa sera propriétaire du kit magique dans un mois. Elle a commencé à utiliser le service en août 2017, mais son mari est décédé et elle n’a pas été en mesure de payer pendant plusieurs semaines. « Ça a été très dur, explique-t-elle, mais j’ai réussi à me relever et à recommencer à payer au bout de quelques temps. Je suis très fière d’être bientôt propriétaire de ce kit, c’est un véritable accomplissement. »

« Pour nous, posséder un kit solaire ne signifie peut-être pas grand-chose, mais pour eux, c’est une véritable victoire, explique Jun, le coordinateur du programme. Ils peuvent ensuite économiser ce qu’ils ne dépensent pas en énergie ». Grâce à ces économies, Marie Luisa souhaite développer davantage son activité de recyclage de bouteilles en plastique vide, qu’elle revend en ville pour 36 pesos (60 centimes d’euros) les 2 kilos.

Vivant seule avec un orphelin qu’elle a adopté, elle se sent également plus en sécurité depuis qu’elle a des lampes chez elle : « lorsque les gens voient de la lumière, ils se disent qu’il y a quelqu’un à l’intérieur et cela réduit les risques d’effraction », explique-t-elle.

Pour Miko, lumière rime avec santé et sécurité

Miko utilise le kit solaire depuis plus d’un mois. Il attend la collecte du jour devant sa minuscule maison en bois. Le jeune homme cumule deux emplois : il travaille comme contrôleur des stocks dans une entreprise d’engrais à une heure de chez lui, et comme éplucheur d’ail le reste du temps. Malgré cela, il n’a pas les moyens d’habiter dans un logement salubre.

Avant, il s’éclairait avec des bougies, mais le reconnait assez rapidement : « C’était très mauvais pour ma santé ; on peut développer des maladies à cause des émanations toxiques ». Pour lui, le kit solaire est synonyme de sécurité : « Je n’ai plus peur de déclencher un incendie chez moi, ou de m’intoxiquer. En plus, la lumière éloigne les rats et attire moins les moustiques que les bougies ».

Il est également gagnant au niveau du prix : « une bougie revenait à 10 pesos, mais je devais en utiliser 3 ou 4 par soir. Avec la lumière solaire, je suis mieux éclairé et je ne paye que 20 pesos par jour ».

Benji et Joven, l’effet boule de neige

Benji et Joven habitent dans le même groupement de maisons que Miko. En voyant l’installation du kit solaire chez l’une de leurs voisines, Joven s’est renseigné sur cette nouvelle possibilité et a été très vite convaincu de son intérêt par rapport aux lampes au kérosène, très toxiques, qu’il utilisait avant. Puis c’est au tour de sa voisine, Benji, d’adopter ce système.

Solène, la responsable du programme, est ravie de cet effet boule de neige. Et de l’esprit de solidarité qui règne : « Dans certains quartiers, nous avons équipé des rues entières ! L’avantage c’est que lorsqu’il y a des problèmes avec le dispositif, les habitants peuvent s’entraider. » Les usagers peuvent aussi compter sur une hotline disponible 24 heures sur 24 « mais lorsqu’un voisin peut intervenir, c’est encore plus simple. »

Autre vertu du dispositif : lorsque la concentration de personnes équipées est forte dans un quartier, ces lampes font office… d’éclairage public, grâce aux habitants qui en installent généralement une sur le pas de la porte.

Un système facile d’accès et créateur d’emploi

Le kit solaire, développé par la start-up SunKing, se présente sous la forme d’un boitier avec un clavier, de trois lampes, d’un petit panneau solaire et de plusieurs interrupteurs. ATE Co souhaite former et embaucher des habitants des bidonvilles pour l’installation de ces kits, à la fois pour accroître leur capacité d’équipement, mais aussi pour impliquer les communautés dans ce programme.

Les collecteurs sont équipés d’une application, développée par Aganza, qui leur permet de référencer les personnes à jour de leur paiement. Depuis peu, cette application fonctionne également hors ligne et se synchronise avec la base de données globale lorsque l’accès à internet est rétabli.

Grâce au système Pay-as-you-go, les familles pauvres ne s’endettent pas et payent au jour le jour, selon leurs moyens. En cas de défaut de paiement ou d’absence, un délai de 30 jours est accordé aux usagers avant qu’ils décident de garder le kit ou de le rendre. S’ils décident de s’en passer, ils ont la possibilité de le transférer à un autre usager qui bénéficiera du leasing déjà payé.

 

Exporter le concept en province… et sur d’autres continents

Suite au succès de ce programme, Entrepreneurs du monde souhaite exporter le modèle en province, au nord de Manille, où les habitants n’ont aucun accès à l’électricité et aucune perspective d’être raccordés prochainement. Le projet consiste en l’installation d’un réseau électrique solaire qui relie les maisons entre elles, tout en conservant le système de paiement au jour le jour. D’ici l’année prochaine, l’objectif est d’équiper 1 000 familles et de doubler les effectifs qui travaillent sur ce programme.

ATE Co explore également la possibilité d’élargir sa gamme de kits avec des modèles plus puissants sur lesquels il sera possible d’alimenter une télévision et un ventilateur.

Enfin, le modèle va être répliqué au Burkina Faso, où le système Pay-as-you-go est également perçu comme une solution efficace pour garantir l’accès au service sans générer d’endettement. »

 

Merci à notre partenaire AFD pour cet article.

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.