L’incubation de programmes par<br>Entrepreneurs du Monde

L’incubation de programmes par
Entrepreneurs du Monde

Nous croyons que les services offerts aux populations doivent être délivrés de manière durable et qualitative par des équipes locales, fiables et compétentes, au sein d’organisations locales structurées, capables de fonctionner en toute autonomie. C’est pourquoi nous créons et incubons des entreprises sociales (programmes) qui deviennent autonomes dans un délai de 5 à 8 ans.

Comment l’ONG Entrepreneurs du Monde incube-t-elle
ses entreprises sociales ?

L’incubation de ses programmes, se fait en quatre étapes :

1 - AMORCAGE (12 mois)

Nous commençons par évaluer les besoins par le biais d’études à distance affinées ensuite par des missions sur place, pendant lesquelles nous rencontrons les publics cibles et des partenaires potentiels.

Si la décision de se lancer est prise, nous élaborons alors un plan d’affaire, cherchons des financements et recrutons un responsable de programme.

 

2 - CREATION (6-12 mois)

Le responsable est alors envoyé sur place pour démarrer le programme. Il entame les démarches pour créer une entité de droit local et il recrute les premiers membres de son équipe. Les experts techniques d’Entrepreneurs du Monde forment avec lui cette jeune équipe et mettent en place l’offre de services ou de produits selon la méthodologie, les procédures et les outils qu’Entrepreneurs du Monde a déployés avec succès ailleurs. Un comité de pilotage se réunit tous les mois pour faire le point sur les avancées et mettre à jour le plan d’action.

3 - DEVELOPPEMENT (6 à 8 ans)

L’équipe démarre et étend ses services à un nombre croissant de bénéficiaires. Des partenariats sont noués avec des structures publiques et privées capables d’apporter des services complémentaires aux publics accompagnés. Les experts techniques d’Entrepreneurs du Monde poursuivent leur appui régulier jusqu’à ce que l’équipe maîtrise parfaitement les activités. Entrepreneurs du Monde couvre le déficit d’exploitation et Microfinance Solidaire en finance le fonds de crédit/le fonds de roulement.

Au bout de 6 ans en Asie et de 8 ans en Afrique, le programme devient en général une entreprise et atteint l’équilibre financier. Elle a pour actionnaires des entités de l’écosystème Entrepreneurs du Monde (Fonds de Dotation ou Microfinance Solidaire). Elle est devenue autonome au plan humain, juridique, financier et technique et est pilotée par un conseil d’administration compétent et investi.

 

4 - CHANGEMENT d’ECHELLE

Pour qu’elle change alors d’échelle et touche un plus grand nombre de familles, cette entité locale nécessite des montants de capitaux significatifs, difficiles à mobiliser pour Entrepreneurs du Monde.

Une des solutions est alors d’ouvrir le capital à de nouveaux investisseurs et d’accepter de se laisser diluer, tout en conservant au niveau de la gouvernance un droit de contrôle sur la mission sociale.

9 Building blocks

Entrepreneurs du Monde articule son accompagnement autour des 9 éléments constitutifs d’une entreprise sociale et s’assure que pour chacun, tous les outils et toutes les procédures soient maîtrisés et utilisés rigoureusement. Une fois indépendante, l’entreprise sociale peut encore, à tout moment, solliciter l’appui technique d’Entrepreneurs du Monde sur un chantier ponctuel.

  • Planification stratégique
  • Gestion des opérations
  • Système d’information et de gestion
  • Gestion administrative et financière
  • Gestion des ressources humaines
  • Gestion de la performance sociale
  • Gestion du risque
  • Gouvernance
  • Plaidoyer & recherche de fonds

Echos d’acteurs de cette incubation

Marie Forget • Responsable de l’équipe technique Méthodologie - Microfinance sociale, basée à Paris

« En 2018, nous avons préparé l’ouverture d’un programme de microfinance sociale en Sierra Leone, Munafa.

Nous avons d’abord élaboré l’offre de services et le manuel des procédures opérationnelles, avec le responsable programme qui connaît les contraintes liées au contexte. Nous avons créé ensuite les outils de gestion ; ils doivent être faciles à utiliser et permettent de sécuriser les transactions financières. La méthodologie appliquée est exigeante et demande beaucoup de rigueur, tout est réfléchi pour équilibrer performance sociale et performance financière.

Après 3 mois, nous avons recruté l’équipe opérationnelle : une dizaine de personnes, sans expérience en microfinance, avec des niveaux d’éducation allant du collège à l’université, mais qui ont une appétence pour travailler avec des communautés vulnérables et que nous allons former. Ce recrutement est un vrai défi sur un marché du travail compliqué ! Nous organisons ensuite leur formation, en immersion en Guinée parce que l’équipe sur place maîtrise déjà la méthodologie Entrepreneurs du Monde et parce que c’est l’occasion de souder et motiver l’équipe autour d’un projet commun, de leur offrir une formation pratique et de grande qualité. A leur retour, tout est prêt pour commencer la création des groupes dans les bidonvilles !

Romane Limoges, Chargée de développement, basée au Sierra Leone

« Munafa, programme de microfinance sociale d’Entrepreneurs du Monde en Sierra Leone, a débuté ses activités à Freetown avec 2 points de services. L’équipe de 10 personnes a participé à deux semaines de formation initiale en Guinée Conakry, au sein du programme de microfinance sociale d’Entrepreneurs du Monde, Wakili.

Cette formation était un moment déterminant pour l’équipe : elle a découvert la méthodologie Entrepreneurs du Monde à travers des sessions théoriques mais aussi une immersion sur le terrain : elle a suivi les animateurs de Wakili dans les réunions avec les bénéficiaires pour observer le déroulement d’une formation et la gestion des opérations financières.

De retour à Freetown, l’équipe a démarré la phase de promotion dans les communautés ciblées et a mené les premières réunions d’information.

Une fois les premiers groupes validés, elle a démarré les premières formations.

En parallèle, une demande d’agrément de microfinance auprès de la Banque Centrale de Sierra Leone a été déposée pour permettre à Munafa de décaisser ses crédits. »

 

Sayouba Guira • Directeur de Nafa Naana SAS, pour l’accès à l’énergie au Burkina Faso

« L’apport d’Entrepreneurs du Monde est déterminant dans la trajectoire de Nafa Naana : les experts techniques ont identifié avec nous les meilleurs équipements et les normes qualité/sécurité ; l’équipe Finances nous a formés à un système de gestion transparent et efficace et l’équipe Recherche de fonds conditionne la croissance de Nafa Naana…

Tout est fait pour que nous montions en compétences et devenions une entreprise sociale autonome. Nous apprécions cela énormément ! »

 

Anaïs, étudiante à l'ESSEC, en mission dans le nord du Sénégal

« C’est lors de mon apprentissage au sein de la Fondation L’OCCITANE, partenaire d’Entrepreneurs du Monde, que j’ai découvert l’ONG et ses actions de soutien à l’entrepreneuriat féminin. Au cours de ma scolarité à l’ESSEC, j’ai ensuite participé au programme « Entreprendre en Afrique », qui nous offrait la possibilité de travailler sur une mission entrepreneuriale pendant plusieurs mois.

Avec Anne-Romaine, Tiffany, Sephora et Oussama, mes collègues étudiants, nous avons donc travaillé sur la construction d’un Business Plan pour le programme d’Entrepreneurs du Monde Fawrou Remobe, qui consiste à construire une filière de stockage et de commercialisation de produits agricoles des petits cultivateurs sénégalais. La mission a été extrêmement intéressante car nous avons eu la chance de suivre toutes les étapes de la construction d’une entreprise, et de participer à la définition de son modèle. J’ai notamment découvert le rôle d’incubateur d’Entrepeneurs du Monde, c’est-à-dire la façon dont l’ONG a accompagné la création de l’entreprise Fawrou Remobe, a capitalisé sur ses expériences de création d’entreprise dans d’autres pays d’Afrique et sur sa connaissance du Sénégal. J’ai beaucoup aimé le fait qu’Entrepreneurs du Monde cherche à créer des entreprises qui ont vocation à être autonomes pour assurer la pérennité du projet. Les échanges étaient particulièrement intéressants grâce à la grande connaissance du terrain que possèdent les équipes Entrepreneurs du Monde. »

Echos d’autonomisations réussies !

Chaque année, une à deux entreprises sociales rejoignent le club des entités devenues totalement autonomes.

Aujourd’hui, cinq entités poursuivent déjà leur mission sans dépendre d’appuis extérieurs : UPLiFT aux Philippines, STEP en Inde,  ABF au Burkina Faso, ALIDé au Bénin ou ATPROCOM en Haïti. Trois autres sont quasiment indépendantes : Chamroeun au Cambodge, ID Ghana et ASiEnA au Burkina Faso. Ces cinq entités indépendantes touchent environ 100 000 familles par an !

Abhijit BERA • Directeur de STEP, institution de microfinance indienne incubée par Entrepreneurs du Monde et aujourd’hui indépendante

« Le voyage avec Entrepreneurs du Monde a commencé en 2005. J’ai été très inspiré par ma première rencontre avec la coordinatrice d’Entrepreneurs du Monde en Inde et j’ai créé une institution de microfinance avec son appui.

Entrepreneurs du Monde a apporté les fonds pour démarrer le projet, amorcer le fonds de crédit et les dépenses opérationnelles. L’équipe nous a aidés à développer des services et des process pertinents, à les évaluer et les améliorer. Après trois ans, notre projet est devenu viable et nous avons voulu l’étendre au-delà de Calcutta. Mais, comme à chaque étape de la croissance, nous avons rencontré des difficultés pour accéder aux fonds. Entrepreneurs du Monde nous a alors aidés à nous connecter avec des prêteurs et bailleurs de fonds de son réseau.

Aujourd’hui, STEP accompagne 10 000 micro-emprunteurs. La moitié des 50 salariés qui travaillent sans relâche à leurs côtés sont issus des familles de ces micro-entrepreneurs. C’est un atout majeur. D’ici 3 ans, nous voulons ouvrir une antenne dans un deuxième Etat, servir 25 000 micro-entrepreneurs et développer notre volet formation professionnelle. »