Elodie Le Bachelier, Responsable programme énergie au Togo

Elodie Le Bachelier, Responsable programme énergie au Togo

Carrière dans l’aide au développement : Elodie Le Bachelier, diplômée de Siences Po Rennes, raconte son parcours chez Entrepreneurs du Monde !

Témoignage reccueilli par France Volontaires en 2018

 

D’un service civique à un VSI, d’un VSI à un CDI…

Peux-tu te présenter en quelques mots et nous raconter ton parcours ?

Je m’appelle Elodie Le Bachelier, j’ai eu 28 ans le 27 avril dernier (date anniversaire de l’Indépendance au Togo, ça ne s’invente pas !) et je travaille depuis 4 ans pour l’ONG française Entrepreneurs du Monde.
Après mon bac, j’ai suivi le cursus de l’Institut d’Etudes Politiques de Rennes ; à l’âge de 20 ans, je suis partie au Chili pour une année d’étude sans parler un mot d’espagnol ! C’est d’ailleurs ce séjour qui m’a donné l’envie de vivre à l’étranger ; durant cette année, j’ai été bénévole pour la fondation « Un Techo » qui travaille avec les habitants vivant en habitat précaire ou dans un bidonville. Je pense que ça a été une révélation : puisqu’on passe un tiers de sa vie au travail, il faut qu’il ait un véritable sens à nos yeux !
À mon retour, je me suis orientée vers un cursus en relations internationales puis en Master 2 ISUR (Ingénierie des Services Urbains en Réseau dans les pays en développement). J’ai réalisé mon stage de fin d’études au Rwanda sur le thème de la gestion des ressources en eau puis je suis partie en Inde pour travailler dans une ONG dans le domaine de l’assainissement.
J’ai connu Entrepreneurs du Monde via leur site Internet ; j’ai tout de suite adhéré à leur vision du développement (créer ou appuyer des structures locales dans le domaine de la microfinance ou de l’accès à l’énergie en vue de les pérenniser sur le long terme). J’ai envoyé ma candidature puis on m’a rappelée quelques mois après pour un poste en service civique qui s’ouvrait au Togo.

Pourquoi avoir choisi de t’engager comme volontaire ?

Pour moi, le volontariat revêtait deux objectifs : tout d’abord, le choix de m’engager sur une mission qui me tenait à coeur et que je crois juste. Ma mission en service civique visait l’accompagnement d’une structure locale (un producteur de spiruline) en vue de la fin du projet « Spiruline et Santé » d’Entrepreneurs du Monde ; j’ai appuyé le transfert d’outils et de compétences de l’ONG au producteur pour qu’il puisse s’autonomiser. Cette mission a été très enrichissante et elle m’a permis d’atteindre mon second objectif : en tant que jeune professionnelle, ce service civique m’a permis d’acquérir des compétences que je pouvais mettre en valeur sur le marché du travail.

Peux-tu nous parler de ta mission ?

Suite au service civique, je suis passée en VSI (Volontariat de Solidarité Internationale) au sein de la même ONG mais sur un autre projet : le programme Mivo Énergie. Au Togo, plus de 95% de la population cuisine avec des combustibles ligneux (bois, charbon de bois) sur des foyers rudimentaires. Moins de 28% des ménages ont accès à l’électricité et s’éclairent à l’aide de lampes à kérosène ou torches à piles, peu efficaces et coûteuses à l’usage. La précarité énergétique a des conséquences environnementales, socio-économiques et sanitaires qui touchent les ménages les plus démunis et particulièrement les femmes.
Le projet Mivo Energie vise ainsi à rendre accessible au plus grand nombre des produits de cuisson et d’éclairage propres, modernes et économiques, par la mise en place de réseaux de distribution, de services financiers adaptés, et d’un plan de formation et de communication pour sensibiliser les personnes les plus vulnérables. J’étais chargée de développement de ce projet en VSI : je devais donc, avec l’aide du Coordinateur Pays d’Entrepreneurs du Monde, gérer le développement du programme, suivre le travail des animateurs de terrain, rechercher des fonds pour financer nos actions, remonter nos différents résultats au siège d’Entrepreneurs du Monde et prendre des actions correctives si besoin…

Elodie Le Bachelier

Quelles compétences as-tu acquises au cours de tes missions de volontariat ?

Lors de mon service civique puis mon VSI, j’ai acquis différentes compétences professionnelles : gestion de projet, management d’équipe, préparation et suivi d’un budget, réalisation de reporting, recherche de financements, réalisation d’outils marketing, compétences en préparation d’études (enquête de satisfaction, étude de marché, test produits, …). J’ai également beaucoup appris sur l’entrepreneuriat social, ses enjeux (équilibre entre performance sociale et financière) et ses applications.

Comment se sont passées les transitions entre tes différents statuts ?

J’ai eu la chance de travailler pour une ONG qui vise au renforcement de compétences de ses équipes et notamment des volontaires qu’elle engage. Entrepreneurs du Monde donne l’opportunité aux volontaires d’évoluer sur les programmes; à la fin de mon service civique, Entrepreneurs du Monde m’a proposé de passer sur le programme Energie pour un VSI de deux ans. À la fin de cette période, et suite à une évaluation réalisée par le Coordinateur Pays et la Responsable Afrique du Pôle Energie, Entrepreneurs du Monde m’a offert l’opportunité de rester en tant que Responsable Programme et avec un contrat expatrié (CDI). C’est une vraie chance et un vrai bonheur pour moi de suivre l’évolution d’un projet qui me tient à coeur ; cependant, l’objectif est d’identifier un collaborateur togolais qui prendra ma place dans quelques temps, pour que Mivo Energie devienne un programme 100% local.
J’adhère complètement à cette vision que je trouve particulièrement bien adaptée aux projets de développement tels que les nôtres.

Quels sont tes meilleurs souvenirs ?

J’ai énormément de bons souvenirs au Togo et notamment des moments passés avec l’équipe d’animateurs sur le terrain ; sans mes collaborateurs sur le terrain, rien ne pourrait être entrepris !
Les activités réalisées par France Volontaires, à travers son Espace Volontariats font également parties de mes meilleurs souvenirs : ces moments sont des instants privilégiés où nous pouvons échanger sur nos expériences à Lomé ou à l’intérieur du pays, sur les différences culturelles et … faire la fête !
J’y ai rencontré des personnes extraordinaires, qui font aujourd’hui partie de mes amis proches, volontaires français ou locaux, j’en profite pour remercier France Volontaires pour ce travail de mise en réseau, c’est important quand on est à des milliers de km !
Aujourd’hui encore, je participe aux activités organisées par l’EV, volontaire un jour, volontaire toujours…

Quelles ont été tes plus grandes difficultés ?

Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières liées au pays : le Togo est un pays très accueillant envers les étrangers, il n’y a pas de risques sécuritaires majeurs et la ville de Lomé est agréable à vivre. Sur le plan professionnel, les questions de management d’équipe ont été les plus difficiles pour moi, en raison de ma jeunesse et de mon manque d’expérience. Cependant, cette mission m’a permis d’améliorer mes capacités en gestion d’équipe et de vaincre ma timidité. J’ai également appris à développer une vision à long terme des programmes de développement.

Quelles sont, selon toi, les trois qualités essentielles pour devenir volontaire ?

Les trois qualités essentielles du volontaire : capacité d’adaptation, ouverture d’esprit et motivation.

Un conseil à donner à de futurs volontaires ?

Lancez-vous ! N’ayez pas peur de candidater sur les programmes et dans les structures qui vous plaisent, même s’il n’y a pas d’annonces ouvertes. Vous n’êtes pas à l’abri de bonnes surprises !

 

Lire le témoignage complet recueilli par France Volontaires

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.