Microfinance sociale

Des services financiers

MicrocréditMicro-crédit

Chaque microcrédit est ajusté au besoin de l’activité génératrice de revenus et accordé sans garantie. Sur l’ensemble des pays où nous agissons, le montant moyen de ces crédits est de 161 €, celui des premiers prêts de 127 €. Des Prêts « Coup de Pouce » (15 à 30€) peuvent aussi être attribués à des personnes en situation d’extrême précarité. Les prêts sont remboursés en quelques mois.

Épargne

Chaque micro-entrepreneur ouvre un livret d’épargne qu’il utilise à un rythme flexible. Cette épargne lui permet de prévoir ses réapprovisionnements et de faire face à des dépenses familiales planifiées (scolarité, santé…) ou non (hospitalisation, décès…).

Ces services financiers sont notre porte d’entrée vers les familles. Ils n’ont d’impact durable sur l’activité et la vie des membres des familles concernées que parce qu’ils sont assortis de services socio-économiques qui renforcent les capacités des familles et réduisent leur isolement et leur vulnérabilité.

Formation, Accompagnement

Des services socio-économiques

Formation

Les micro-entrepreneurs, organisés en groupes, se rencontrent régulièrement pour participer à un partage d’expérience et à une formation professionnelle (gestion, vente…) ou sociale (santé, éducation, confiance en soi…). Chaque groupe élit son président, son trésorier, et dans certains pays, un éducateur, relai du formateur sur les questions sociales.

Accompagnement

L’agent-conseil encourage les micro-entrepreneurs, les conseille et évalue précisément les progrès socio-économiques de leur famille. Ceux qui en ont besoin bénéficient d’un accompagnement social renforcé (écoute psychologique, mise en relation avec des organismes sociaux compétents…)

Micro-assurance santé

Certains de nos partenaires aident les micro-entrepreneurs à souscrire à une micro-assurance santé et subventionnent les 3 premières années de cotisation. Les familles paient alors beaucoup moins cher les médicaments et les soins, et ne sont plus acculés à puiser dans le fonds de roulement de leur activité pour faire face à ces dépenses de santé.

>> Lire notre dossier « Agir pour les femmes avec la microfinance sociale »

Partager