L’Essentiel de notre action 2018

L’Essentiel de notre action 2018

18 juin 2019

Depuis 20 ans, nous accompagnons l’insertion socio-économique de milliers de personnes entreprenantes à travers le monde.

Nous agissons sur 3 axes : microfinance sociale pour les commerçants, les cuisiniers de rue, les cultivateurs, l’appui à la TPE et à l’insertion professionnelle pour des personnes susceptibles de créer des emplois ou d’intégrer une entreprise formelle et l’accès à l’énergie pour tous.

En 2018, nous avons initié un 4e axe : l’agro-entrepreneuriat pour renforcer les petits agriculteurs, les aider à s’adapter au changement climatique, à vivre de leur terre et à assurer la sécurité alimentaire de tous.

Pour remplir notre mission, nous créons et incubons des organisations locales jusqu’à ce qu’elles deviennent autonomes et pérennes. Nous les aidons à définir leur vision, leur mission, leurs objectifs sociaux et leurs principes d’action, à mettre en place les outils et procédures de formation, de gestion et de reporting, à construire leur gouvernance et leur existence légale, à mesurer leur performance sociale et à trouver les financements nécessaires.

En 2018, nous avons fait naître 4 programmes et célébré l’envol de 2 autres.

Cette autonomie à tous les échelons est possible grâce à votre soutien ! MERCI de nous donner les moyens d’agir auprès de ces femmes et de ces hommes qui prennent leur avenir en main !

Zoom sur l’année 2018 !Planisphère 2018

Votre générosité en 2018

283 K€ de dons de particuliers

1,86 M€ de dons d'entreprises
et fondations

2,56 M€ de dons d'organismes publics

L’année 2018 pour chacun de nos métiers

Microfinance sociale

Développement en milieu rural

Aujourd’hui, 2,1 milliards de personnes vivent dans la pauvreté, dont 767 millions dans la pauvreté absolue. Les ¾ d’entre elles vivent en milieu rural et dépendent de l’agriculture de subsistance. Nous avons donc, en 2018, placé ces populations rurales isolées au cœur de nos priorités.
Deux ateliers ont été organisés pour aider les 60 participants, acteurs de nos IMF (institution de microfinance) et leurs confrères, à mieux répondre aux enjeux de l’agriculture. Ils ont partagé pratiques et expériences et co-construit des solutions innovantes d’accompagnement et de financement. Tous nos partenaires ont été accompagnés pour proposer des microcrédits aux modalités très souples : des crédits avec différé de remboursement pour les activités de maraîchage par exemple ou des crédits « in fine » qui permettent aux agriculteurs de rembourser l’intégralité du capital au moment de la récolte. Des modules de formation sur les techniques agricoles ont été développés pour aider les agriculteurs à améliorer le rendement de leur activité, réduire les risques de perte, etc. Nous les incitons aussi de plus en plus à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement : association de cultures, agroforesterie, production de compost, etc.

Autonomisation de partenaires historiques

Créée en 2012, l’association Assilassimé au Togo a franchi le cap des 25 000 micro-entrepreneurs et de l’équilibre financier. Avec un score de 80 sur 100 en performance sociale, une équipe 100% togolaise et un Conseil d’Administration composé de personnes compétentes partageant notre vision sociale, l’objectif d’Entrepreneurs du Monde est atteint ! Proches de l’autonomie financière, Palmis Mikwofinans Sosyal en Haïti s’est transformée en société et Sont Oo Tethwin au Myanmar a initié son processus de conversion.

Préparation de futurs programmes

Dans une logique d’incubation de nouveaux programmes, Entrepreneurs du Monde poursuit la conduite d’études de faisabilité dans de nouveaux pays. 3 critères de choix permettent de présélectionner les pays qui feront l’objet d’une étude plus approfondie : l’IDH (Indice de Développement Humain calculé par la PNUD), le taux d’inclusion financière FINDEX (Observatoire de la Banque Mondiale sur les capacités des gens à épargner, emprunter, rembourser) et le niveau de stabilité/sécurité des pays selon le ministère des Affaires étrangères.
Une étude a été menée en Sierra Leone en avril 2018, l’un des pays les plus pauvres au monde, meurtri par des années de guerre civile. La méthodologie proposée par Entrepreneurs du Monde a été très bien accueillie par les populations, les autorités locales, les bailleurs et les ONG. L’étude a donc débouché sur la préparation des activités pour un démarrage en 2019 de MUNAFA : démarches de création d’une entité de droit local, recrutement d’un responsable programme, préparation des process, etc.

TPE et Insertion Professionnelle

L’inclusion des jeunes et des femmes : un défi majeur

En Afrique de l’Ouest et en Haïti, la majorité de la population a moins de 25 ans. Cette jeunesse est perçue comme une opportunité de développement inédite. Pourtant les jeunes, en particulier les femmes, sont fortement confrontés au chômage et acculés à s’orienter vers le secteur informel. Ils ont difficilement accès à la formation professionnelle et à l’accompagnement vers l’emploi, en raison de leur illettrisme, de leur éloignement et de leur exclusion mais aussi tout simplement de leur méconnaissance des opportunités existantes. Par conséquent, 37 % des jeunes souhaitent émigrer vers un autre pays.
L’auto-emploi par la création de très petites entreprises (TPE) et l’accès à l’emploi durable par l’insertion professionnelle sont donc des défis majeurs à relever, notamment dans les zones périphériques des capitales et les communes rurales alentour. Entrepreneurs du Monde contribue à relever ce défi.

3 nouveaux programmes

L’accord de financement de l’AFD a permis de démarrer trois programmes en 2018 : Ligoden au Sénégal, Emergence au Burkina Faso et Miawodo au Togo, tout en continuant de soutenir, en Haïti, Osez l’Entreprise qui vise l’autonomie en 2019. Dans chaque pays, une réflexion a été menée pour identifier les filières vers lesquelles encourager la création de TPE ou orienter ceux qui cherchent un emploi. Au Burkina Faso et au Togo, le secteur de l’énergie a été retenu comme une filière à favoriser, en lien avec les programmes énergie d’Entrepreneurs du Monde.

Synergies et capitalisation

Les programmes ont tissé des liens avec les centres de formation professionnelle et les entreprises locales pour développer des synergies entre le secteur privé et les jeunes, et favoriser ainsi l’accès à un emploi décent. Et grâce à l’équipe d’appui technique d’Entrepreneurs du Monde, ils ont avancé dans la définition de leur stratégie en performance sociale, l’adaptation des formations et de l’accompagnement personnalisé des bénéficiaires, et la mise en place d’un outil de gestion et de reporting. Enfin, un atelier international dédié à l’entrepreneuriat et l’insertion professionnelle a été organisé au Togo. Il a permis de rassembler pour la première fois nos 4 programmes et plusieurs partenaires techniques et financiers. Les sessions plénières ont été ponctuées de visites de terrain auprès d’entrepreneurs et d’incubateurs de start-up. Chacun est reparti avec des idées de bonnes pratiques à dupliquer.

Accès à l'énergie

Adaptation aux besoins en milieu rural

Nos équipes vont de plus en plus dans les zones rurales, où l’accès à l’énergie est le plus difficile. Au Togo, Mivo Energie s’est implantée à Kara, dans le nord du pays. Au Burkina Faso, Nafa Naana a lancé un pilote de vente de kits solaires équipés d’une technologie Pay-as-you- go, pour faciliter l’achat de ces kits via des paiements hebdomadaires réalisés en mobile banking : une solution adaptée aux personnes éloignées des réseaux électriques ! Enfin, au Cambodge, le pilote de mini-réseau est prometteur : les maisons d’un même village sont équipées de kits solaires reliés entre eux pour former un mini-réseau électrique modulable. Il alimente des ampoules, des ventilateurs et permet d’envisager l’usage d’appareils électriques plus puissants, essentiels pour des activités génératrices de revenus : réfrigérateur pour la vente de boissons et d’autres produits frais, incubateur à œufs, etc.

Innovation permanente

L’adaptation aux besoins des populations vulnérables caractérise l’ensemble des programmes Energie. Elle se fait grâce à l’étude minutieuse des besoins et de la satisfaction des bénéficiaires, et à une veille technologique permanente. Pour identifier, sélectionner, négocier et acheter des équipements au meilleur rapport qualité/prix, le Pôle Energie a mis en place en 2018 une centrale d’achat : un excellent outil pour identifier les bons équipements et bénéficier de meilleures conditions d’achat.

Performance sociale

Notre action en faveur de l’accès à l’énergie a un impact non seulement sur les utilisateurs mais aussi sur toute la chaîne de valeurs : les artisans producteurs de foyers améliorés, les PME locales et les réseaux de revendeurs. Nous évaluons cette performance sociale régulièrement. Par exemple, en 2018, chez Mivo au Togo, un audit social a mis en évidence une très forte performance sur les dimensions Partenariat, Projet et Principes Éthiques, mais a soulevé des points à améliorer pour mieux connaître le profil des bénéficiaires et renforcer la mission sociale. Chez ATE Co., aux Philippines, l’équipe a défini sa théorie du changement, accompagnée de principes d’actions et d’indicateurs sociaux. Ce travail a débouché sur une charte sociale qui sera la référence pour piloter sa performance sociale.
Par ailleurs, une importante d’étude d’impact est en cours pour mesurer et valoriser nos impacts sur l’environnement, la santé, les finances et les conditions de vie des ménages.

Valorisation de notre expertise

L’Oréal a choisi Nafa Naana pour faciliter l’accès des productrices de beurre de karité à des réchauds économes et ainsi réduire son empreinte écologique. Et d’autres groupes internationaux ont acheté en 2018 nos premiers crédits carbones certifiés.

Ensemble, continuons à changer presque tout !

 

Soutenez notre action avec un don et donnez-nous des ailes pour 2019 !

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.